19 Septembre – Soutenance de thèse - Ferran Yusta Garcia

10 h Amphi 3 - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture et de Paysage de Bordeaux (Talence)

Méthode des saisons climatiques : proposition d'une stratégie bioclimatique pour la conception architecturale de bâtiments basse consommation en climats très chauds.

Dans les pays ou la pénurie d'énergie est plus remarquable, comme ce fut le cas historiquement des pays nord européens, l'innovation autour la basse consommation a été la règle générale présente dans tous les cercles des acteurs de la construction et plus particulièrement depuis les derniers cinquante ans à nous jours. Nous retrouvons des témoignages dans des magazines et des revues spécialisées depuis la fin des années soixante, ou on sentait déjà un fort militantisme envers le sujet des maisons solaires autonomes et de très basse consommation. Cette recherche et les postérieures réalisations se centraient d’avantage sur les climats européens froid et parfois tempérés, mais il n’y a pas des recherches importantes sur la basse consommation en climat chaud et moins encore en climat très chaud. Ainsi, le développement de la filière de basse consommation énergétique en climat chaud n’as pas suivie la même vitesse. Loin de cela La filière en est à ces débuts, et que beaucoup reste à développer et promouvoir : méthodologies, outils, labels, formations…

Aujourd'hui des millions de logements se construisent en climat très chaud suivant un modèle d'architecture dit « internationale » pour la plus part sans une réflexion approfondie des principes architecturaux visant la basse consommation énergétique. Finalement la grosse partie du confort est atteint grâce aux équipements techniques, et notamment la climatisation avec une forte consommation énergétique. Le terme climat très chaud entend les climats avec des températures très hautes pendant plusieurs mois de l’année et une humidité variable de très secs à très humides, en fonction de la saison et du moment de la journée. La caractéristique commune de tous ces climats étant l'emploi systématique de la climatisation ou d'autres moyens mécaniques de refroidissement et de déshumidification, emploi qui supposent d’énormes charges énergétiques, sous sa forme énergie électrique elle-même souvent produite à partir d’hydrocarbures ou de ses dérivés. Aujourd’hui la réalité est là et les standards internationaux de confort font que l'emploi de la climatisation est devenu un fait incontournable dans le quotidien des classes moyennes dans les pays développée ou émergents en climats chauds. Nous sommes conscients que la suppression total de moyens de refroidissement n’est simplement pas viable dans certains pays, physiquement et socialement, au même titre que la suppression de nos systèmes de chauffage, parfois d’appoint, n’est pas non plus envisageable que dans les cas très exceptionnels. En climat chaud, comme en climat froid, nous pouvons trouver des cas extrêmes de société, celles qui ont des pénuries d’accès à l’énergie électrique comme la Palestine et celle qui nagent dans l’abondance énergétique, comme l’Arabie Saoudite. Paradoxalement dans les deux cas atteindre la basse consommation énergétique est aujourd’hui une priorité dans les stratégies nationales pour des raisons différentes. Alors qu’historiquement les populations occidentaux, Europe et Amérique du Nord, étaient de très mauvais exemples de sobriété énergétique: abondance énergétique bon marché, modèle de société de consommation impliquant la surexploitation des ressources..etc. aujourd’hui cette hégémonie des populations les plus consommatrices n'appartienne plus aux pays occidentaux puisque un partie des pays en climat très chaud et particulièrement du Moyen Orient occupent désormais les premières places de consommation énergétique per capita. Dans cette étude nous n’aspirons pas à trouver le bâtiment hautement performant qui pourra supprimer les moyens de refroidissement mécanisés mais à concevoir avec une approche le plus efficace et passive possible de telle sorte que l'usage de la climatisation soit réduit à son minimum nécessaire. Il est intéressant de comprendre que la basse consommation énergétique est, à notre avis, un passage obligé pour la conception de Bâtiments a Energie Positive (BEPOS). Ces bâtiments font l'objet d´un fort intérêt par les gouvernements des pays en climats chauds et leur développement aura une forte croissance dans les cinq prochaines années. Mieux nous maitriserons la basse consommation, mieux nous saurons concevoir les BEPOS.
Il cherche d’autre part à explorer les possibles solutions architecturales qui pourraient contribuer à améliorer le confort et la qualité de vie future des familles modestes dans des climats chauds par le biais de l’architecture passive contemporaine par une méthode de conception avec un approche basé à la fois sur les principes bioclimatiques régionaux, combinés avec la technologie de construction.

Localisation de l’événement