13 Décembre – Soutenance de thèse - Mathieu Léonardon

11 h Amphi H - ENSEIRB-MATMECA (Talence)

Décodage de codes polaires sur des architectures programmables.

Les codes polaires constituent une classe de codes correcteurs d'erreurs inventés récemment qui suscite l'intérêt des chercheurs et des industriels, comme en atteste leur sélection pour le codage des canaux de contrôle dans la prochaine génération de téléphonie mobile (5G). Un des enjeux des futurs réseaux mobiles est la virtualisation des traitements numériques du signal, et en particulier les algorithmes de codage et de décodage.  Afin d'améliorer la flexibilité du réseau, ces algorithmes doivent être décrits de manière logicielle et être déployés sur des architectures programmables. Une telle infrastructure  de réseau permet de mieux répartir l'effort de calcul sur l'ensemble des
oeuds et d'améliorer la coopération entre cellules. Ces techniques ont pour but de réduire la consommation d'énergie, d'augmenter le débit et de diminuer la latence des communications. Les travaux présentés dans ce manuscrit portent sur l'implémentation logicielle des algorithmes de décodage de codes polaires et la conception d'architectures programmables spécialisées pour leur exécution.
Une des caractéristiques principales d'une chaîne de communication mobile est l'instabilité du canal de communication. Afin de remédier à cette instabilité, des techniques de modulations et de codages adaptatifs sont utilisées dans les normes de communication. Ces techniques impliquent que les décodeurs supportent une vaste gamme de codes : ils doivent être génériques. La première contribution de ces travaux est l'implémentation logicielle de décodeurs génériques des algorithmes de décodage "à Liste" sur des processeurs à usage général. En plus d'être génériques, les décodeurs proposés sont également flexibles. Ils permettent en effet des compromis entre pouvoir de correction, débit et latence de décodage par la paramétrisation fine des algorithmes. En outre, les débits des décodeurs proposés atteignent les performances de l'état de l'art et, dans certains cas, les dépassent.
La deuxième contribution de ces travaux est la proposition d'une nouvelle architecture programmable performante spécialisée dans le décodage de codes polaires. Elle fait partie de la famille des processeurs à jeu d'instructions dédiés à l'application. Un processeur de type RISC à faible consommation en constitue la base. Cette base est ensuite configurée, son jeu d'instructions est étendu et des unités matérielles dédiées lui sont ajoutées. Les simulations montrent que cette architecture atteint des débits et des latences proches des implémentations logicielles de l'état de l'art sur des processeurs à usage général. La consommation énergétique est réduite d'un ordre de grandeur. En effet, lorsque l'on considère le décodage par annulation successive d'un code polaire (1024,512), l'énergie nécessaire par bit décodé est de l'ordre de 10 nJ sur des processeurs à usage général contre 1 nJ sur les processeurs proposés.
La troisième contribution de ces travaux est également une architecture de processeur à jeu d'instructions dédié à l'application. Elle se différencie de la précédente par l'utilisation d'une méthodologie de conception alternative. Au lieu d'être basée sur une architecture de type RISC, l'architecture du processeur proposé fait partie de la classe des architectures déclenchées par le transport. Elle est caractérisée par une plus grande modularité qui permet d'améliorer très significativement l'efficacité du processeur. Les débits mesurés sont alors supérieurs à ceux obtenus sur les processeurs à usage général. La consommation énergétique est réduite à environ 0.1 nJ par bit décodé pour un code polaire (1024,512) avec l'algorithme de décodage par annulation successive. Cela correspond à une réduction de deux ordres de grandeur en comparaison de la consommation mesurée sur des processeurs à usage général.

Localisation de l’événement