17 Octobre – Soutenance de thèse - Mathilde Pfiffer

14 h Amphithéatre - Institut Laser et Plasma (2640, avenue du Médoc / Le Barp)

Amélioration de la tenue au flux des composants optiques du Laser Megajoule par traitement chimique.

Cette thèse porte sur l’amélioration de la résistance au flux laser de la surface des composants optiques en silice en régime nanoseconde. Ce matériau est utilisé sur les installations de laser de puissance telles que le Laser Mégajoule. Pour augmenter la durée de vie des composants optiques et garantir le fonctionnement nominal de cette installation,l’endommagement laser doit être maîtrisé. Il s’agit d’une dégradation irréversible de la surface des composants causée par l’interaction entre le faisceau laser et des défauts précurseurs. Ces derniers sont une conséquence de la synthèse de la silice puis du polissage des composants et leur présence peut être limitée par une action de traitement chimique réalisée à l’issue du polissage qui consiste à éroder la surface de silice à l’aide d’une solution chimique. Cette érosion ne doit cependant pas dégrader la qualité de la surface polie et ses propriétés optiques.

Cette thèse se concentre sur la réalisation de cette étape de traitement chimique et se décompose en trois études. La première porte sur la caractérisation de la pollution induite en surface par le polissage et sa suppression par le
traitement chimique. La seconde et la troisième analysent l’impact des traitements chimiques respectivement sur les propriétés optiques de la surface et sur les rayures de polissage. Ces études nous permettent d’évaluer l’influence des différents paramètres du traitement chimique, tels que la solution, le système de mise en œuvre et l’épaisseur érodée, sur les performances apportées aux composants optiques. Finalement, l’ensemble de ces connaissances nous conduit à proposer un traitement chimique optimisé qui améliore la tenue au flux des composants optiques sans dégrader leurs propriétés optiques.

Localisation de l’événement